Renforcés par la pandémie qui dope la demande pour leurs produits et services, Amazon, Alphabet, Facebook et Apple ont publié de bons résultats trimestriels. Si les trois premiers affichent une forte croissance, Apple pâtit d’un recul des ventes d’iPhone de 20 % en un an, à cause du décalage de la sortie de ses nouveaux modèles 5G au mois de novembre.

Renforcés par une pandémie de Covid-19 qui rend leurs produits et services essentiels pour travailler, consommer et se divertir chez soi, Amazon, Apple, Alphabet et Facebook continuent de grossir à un rythme qui contraste avec le reste de l’économie. Les bons résultats trimestriels publiés mercredi par les quatre géants de la côte Ouest montrent que les critiques croissantes et la menace d’une régulation plus stricte n’ont, pour le moment, pas d’impact sur leur puissance. Collectivement, les quatre mastodontes ont généré 228 milliards de dollars de recettes et 38 milliards de bénéfices entre juillet et septembre.

Les chiffres d’Amazon donnent le tournis : en un an, les revenus de la firme de Seattle ont augmenté de 37 % pour atteindre 96 milliards de dollars et son bénéfice a triplé, dépassant les 6 milliards. Le géant de l’e-commerce, qui a besoin de plus en plus de travailleurs dans ses entrepôts pour faire face à la demande , a embauché 375.000 employés supplémentaires en un an. Ses effectifs dépassent désormais 1,1 million de personnes dans le monde et il vient d’annoncer le recrutement de 200.000 salariés supplémentaires, dont la moitié permanents et l’autre saisonnière.

« Une saison des fêtes sans précédent » pour Amazon

Si ses ventes en magasins (Whole Foods) ont reculé de 10 %, le rythme de croissance de sa division e-commerce a accéléré (+38 %). Et Jeff Bezos s’attend à des ventes encore plus élevées au prochain trimestre : « Nous voyons plus de clients que jamais faire leurs achats de Noël tôt dans le calendrier, ce qui est juste l’un des signes que ce sera une saison des fêtes sans précédent », a déclaré le PDG d’Amazon dans un communiqué.

Les revenus issus de ses abonnements Prime ont grossi de 32 % et ceux de sa division publicité de 49 %. Amazon Web Services, son offre de cloud – qui représente 12 % de son chiffre d’affaires mais une part importante de ses profits -, continue elle aussi de croître, mais à un rythme moins important que l’année dernière. Microsoft, qui a également publié de très bons résultats mardi, grignote de plus en plus de parts de marché.

Boycott de Facebook sans grand impact

Du côté des géants de la publicité numérique, Facebook a peu souffert du boycott de plus de 400 annonceurs (Coca-Cola, Levi’s, Adidas…) pendant l’été dans le cadre de la campagne « Stop Hate For Profit ». Un retrait éphémère qui a été largement compensé par la transition du commerce physique au commerce en ligne, boostant la demande pour ses espaces publicitaires. Le chiffre d’affaires de l’entreprise de Menlo Park a crû de 22 % en un an. Le nombre de personnes s’inscrivant à son service a aussi continué de grimper (+14 %) : 3,2 milliards d’internautes se connectent désormais chaque mois à l’une de ses quatre applications (Facebook, Instagram, Messenger et Whatsapp).

Alphabet, la maison mère de Google, a, elle, renoué avec la croissance, après un léger recul au deuxième trimestre. Dès cet été, les annonceurs sont revenus pour acheter des publicités sur son moteur de recherche et YouTube, dont les recettes ont crû de 32 % en un an. Son bénéfice (11,2 milliards de dollars) est en hausse de 59 % sur un an après des efforts pour couper dans les coûts, notamment en ralentissant les embauches.

Recul des ventes d’iPhone

Les plus mauvais résultats sont venus d’Apple, qui affiche une croissance de son chiffre d’affaires de seulement 1 % sur un an à cause d’un recul de 20 % des ventes d’iPhone, son produit phare, et d’un effondrement de 28 % de ses ventes en Chine. Le résultat du décalage de la sortie de ses nouveaux modèles 5G en novembre et du petit prix du SE sorti en avril.

Les recettes de tous ses autres produits sont, elles, en forte hausse, les Mac et iPad bénéficiant du travail et de l’enseignement à domicile. Celles de sa division services ont grossi de 16 %.

Share This